La Paz: Déjà un mois de voyage!

Standard

Nous quittons Copacabana et le lac Titicaca pour nous rendre à La Paz, la capitale de la Bolivie. Le trajet en bus se déroule tranquillement jusqu’à l’arrivée à un détroit. Le bus embarque alors sur une grande barque et les passagers sur un bateau un peu moins rudimentaire.

En arrivant sur La Paz, nous traversons la banlieue qui surplombe tous les alentours de la ville, puis nous descendons dans le fond de la cuvette qui constitue le centre ville et les quartiers riches. (Et oui, c’est le monde à l’envers ici, les bas quartiers sont en haut !)

La Paz est la plus grande ville de Bolivie avec plus de 2 millions d’habitants. C’est aussi la capitale la plus haute du monde puisqu’elle s’étage de 3200m à 4000m. Autant vous dire que les balades n’y sont pas de tout repos, entre le dénivelé, la circulation, la pollution, la densité de population…

De plus, je fête notre premier mois de voyage avec une bonne angine…Et oui, c’est ça de rester regarder les couchers de soleil à 4000m d’altitude ! Heureusement, les antibiotiques sont en libre service ici donc je ne mettrai pas trop longtemps à me rétablir.

Nous effectuons donc la visite de la capitale à un rythme tranquille, en commencant par le marché aux sorcières. On peut y trouver toutes sortes d’ingrédients magiques, comme des foetus de lama et autre poudre de perlinpinpin.

A défaut d’être en bon état, les bus sont vraiment jolis ici.

Nous faisons un tour au musée des instruments de musique, où nous pouvons admirer et même tester des instruments de musique en tout genre. Comme par exemple cette guitare à 5 manches…si Shiva descend un jour sur terre, ça fera peut être un client potentiel 😉

Nous nous posons quelques instants sur les escaliers de la Plaza Murillo, la plus belle place de la ville. Elle est envahie de pigeons (je parle du volatile !) comme quoi c’est vraiment universel comme animal.

Pour ma part, je visite le musée de la coca, mais Géraldine préfère aller faire du shopping. C’est un petit musée en taille mais il contient énormement d’informations sur cette plante quasiment sacrée en Bolivie. On y découvre les vertus de la feuille de coca machée (coupe faim, meilleure resistance à l’altitude et au travail) mais également des alcaloïdes, qu’elle contient, utilisés jadis par les incas comme anesthésiants et aujourd’hui comme base de préparation de la cocaïne. Je suis étonné d’apprendre que Coca-cola achète encore des centaines de tonnes de feuilles de coca à la Bolivie pour la préparation de sa boisson gazeuse bien connue.

Finalement, La Paz est une très grande ville pas très agréable à vivre. Après avoir fait le plein de souvenir bon marché (bonnet, hamac, châle en alpaga…) nous partirons vers Coroico, non content de retrouver un peu de verdure.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s