Coroico, la petite pause douceur de l’Altiplano

Standard

Samedi 28 juillet nous embarquons dans un bus pour Coroico (pas de lien avéré avec le chant du coq), petite ville à 3h de La Paz, décrite comme une aire paisible où il fait bon flâner. Coroico est à seulement 1700m d’alitude, ce qui lui confère un climat des plus agréables (nous avons pu faire tomber la polaire, enfin!)

Nous nous abstenons d’emprunter “la route de la Mort”, tristement célèbre. Une nouvelle route a été constuite depuis quelques années, l’ancienne ne serait empruntée plus que par des riders armés de VTT en quête d’adrénaline.

Nous arrivons sans encombre à Coroico, où nous trouvons un petit hôtel pour notre séjour. Pierre étant en convalescence de son angine, c’est farniente et lecture au programme!

Le lendemain, nous optons pour une petite rando aux trois cascades. La balade est agréable, même si le sentier est fermé et que nous devons partager la route poussérieuse avec les voitures, minibus et autres engins roulants.

La vue nous ravit, la faune et la flore aussi.

Les deux premières cascades ne présentent pas beaucoup d’intérêt du fait de leur faible débit d’eau en cette saison. Celà n’empêche pas deux jeunes garçons d’aller à la pêche aux petits poissons.

La troisième cascade se fait désirer, nous nous arrêtons en chemin pour pique-niquer au mirador, avec vue panoramique.

La dernière cascade est beaucoup plus impressionnante.

Les jeunes du coin n’hésitent pas à se jeter à l’eau, malgré la température assez fraîche, et une couleur assez douteuse.

Nous prendrons un bus pour le retour, une occasion inespérée, un véhicule tout confort, sorti de nul part, pour un prix symbolique!

Alors que la veille nous avions envisagé de randonnée jusqu’au sommet, c’est le déluge sur Coroico à notre réveil. Nous décidons donc de partir le matin même, en quête de nouvelles aventures et de soleil! Nous n’allons pas être déçus!

Notre chauffeur est un pilote: par endroit la pluie a rendu la route difficilement pratiquable, l’embrayage patine (et ça se sent!), mais la caravane passe! Il recueillera même un petit poulet transi de froid en cours de route.

Nous atteignons La Paz sous la neige!

En attendant de prendre un bus pour Sucre en soirée, nous en profitons pour visiter le musée d’art contemporain de La Paz.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s