27h de bus plus tard… enfin à Sucre !

Standard

Nous quittons La Paz vers 18h30, arrivée prévue à Sucre à 8h le lendemain matin.
13h de voyage – 700km – 8€… Sur le papier, ca semble plutôt correct. Ayant prévu nos sacs de couchage, nous sommes parfaitement installés dans le bus et nous ne tardons pas à nous endormir.

Ne me sentant plus bercé par le ronronnement du moteur et la rugosité des routes boliviennes, je me réveille au beau milieu de la nuit. Je m’aperçois alors que le bus est arrêté en plein milieu de nul-part, des gens marchent dans la pampa avec des frontales, et des lumières rouges brillent au loin. Hum, ça ne me dit rien qui vaille ça, peut être un trafic pas trop légal? Voyant les autres passagers boliviens plutôt sereins, j’essaye de savoir ce qui se passe… apparemment nous avons crevé, rien de bien méchant finalement !
Une demi-heure passe, rien ne bouge, et toujours ces gens qui marchent vers je ne sais où. Je descend alors du bus pour en avoir le coeur net, et là, surprise ! Nous ne sommes pas les seuls arrêtés. Des bus, des camions et des voitures sont à l’arrêt sur plusieurs kilomètres, encore un blocage routier qui nous joue des tours ! Comme personne ne sait à quelle heure la situation va se débloquer, nous retournons dans le bus finir notre nuit…

Au réveil la situation n’a pas évolué. Je pars donc faire une petit marche matinale histoire de me dégourdir les jambes. J’arrive à l’origine du blocage: il s’agit d’une revendication par rapport à la distribution de l’eau pour l’irrigation.

Je suis impressionné par l’attitude des boliviens qui prennent ça de manière assez positive…la vie s’organise sur le bord de la route, certains jouent de la guitare, d’autres discutent, d’autres encore se creusent un petit four en terre, dans lequel il feront cuire des patates et des bananes. De mon coté, je pars à la recherche de provisions pour pouvoir tenir pendant une durée indéterminée. Heureusement, un camion transportant sodas et gâteaux secs décide de vendre sa cargaison sur place.

Finalement, à midi, après 11h d’immobilisation, la situation se débloque et nous sommes repartis en direction de Sucre…mais la joie sera de courte durée ! Une demi heure après le bus s’arrête sur le bas coté. Là encore nos voisins boliviens diagnostiquent une crevaison, mais ca sera un peu plus compliqué que ça. D’après ce que j’ai pu observer, il s’agit plutôt d’une fuite dans le système de suspension pneumatique du bus. Pas très rassurant tout ça!

1h30 plus tard, notre “chauffeur-mécanicien” a visiblement réussi à résoudre le problème. Nous nous arrêterons tout de même encore une heure dans la première grande ville que nous traversons afin de passer au garage pour faire une réparation plus sérieuse. Finalement, nous arrivons à Sucre alors que le soleil est déjà couché, avec 14h de retard!

Le lendemain, encore un peu fatigué de notre périple, nous sommes ravi de découvrir une ville très agréable. Beaucoup plus petite que La Paz, peu de circulation, altitude moins élevée et de très beau bâtiments blancs à chaque coin de rue (aucun lien avec le nom de la ville).

Nous y découvrons également le très grand Marché central qui va devenir notre cantine pour les 3 jours à venir (très bon et pas cher).

Le deuxième jours, je vais visiter seul le couvent San Felipe de Neri car c’est au tour de Géraldine d’être un peu patraque (les changements de température incessants et l’altitude mettent le corps à rude épreuve ici). Le bâtiment est magnifique.

Il est particulièrement connu pour son toit-terrasse ondulé formé par les voûtes de la chapelle sous-jacente. Le toit est aussi un super point de vue sur toute la ville.

Nous tombons sous le charme de cette ville qui est à la fois relaxante et animée, et nous décidons de prolonger un peu notre séjour. De plus, nous logeons dans un hotel sympa (Le Pachamama), avec un petit jardin pour prendre le petit dej et des hamacs pour le farniente !

Advertisements

6 responses »

  1. Hello les voyageurs! merci de partager tout ca et de faire rever! ca fait plaisir de voir que vous profitez bien et que tout se passe bien pour vous (malgre les tracas de sante). bises

    • Ca va, tout roule, on est remis sur pied. Nous aussi on pense souvent à vous car sur toutes les télé du monde on voit les JO de London !
      Biz

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s