Petit interlude balnéaire à Amed

Standard

Dimanche 4 novembre 2012, nous ne prenons que le nécessaire pour trois jours, laissant à l’hôtel nos gros sacs, direction les plages d’Amed. Nous quittons Ubud en scooter, non sans admirer les vues magnifiques sur les rizières, dont on se ne lasse pas.

Nous sommes en basse saison, ce qui nous permet d’avoir un hôtel bien agréable pour un prix raisonnable, avec piscine privative, vue que nous sommes les seuls clients!

Amed est réputé pour ses sites de plongées et de snorkeling, c’est donc sans attendre que nous nous jetons à l’eau. Et nous ne sommes franchement pas déçu. A quelques mètres du rivage, nous plongeons dans un véritable aquarium naturel!

La journée suivante s’organise sous un ciel radieux : petit déj’ au bord de la piscine, snorkeling, nasi goreng (plat typique à base de riz frit) et jus de fruit frais, sieste, re-snorkeling…

Je passe un long moment à suivre mes poissons préférés:

Je me régale, car l’eau est peu profonde, et le baptême de plongée un peu stressant me rend finalement plus à l’aise dans l’eau en snorkeling.

Pierre plonge un peu plus en profondeur pour s’approcher d’une mystérieuse boîte aux lettres “échouée” au fond de l’eau, dont l’histoire n’est pas très claire.

Pierre découvre aussi des bancs de poissons auprès d’une épave de navire.

Les poissons sont tous plus beaux les uns que les autres, et on ne sait plus où donner de la tête!

Certains nous font un peu flipper!

Ils ressemblent à des créations de Tim Burton, qui avancent en véritable bande, la bouche ouverte… Il est temps pour moi de sortir de l’eau!!

Le lendemain, la météo nous rappelle que c’est normalement la saison des pluies en ce moment! Il pleut à torrent, nous avons 80 km à faire en scooter, et notre roue arrière est crevée!

Néanmoins, en Indonésie, les (petits) soucis ne sont jamais réellement des problèmes. Un employé emmène notre scooter au garage tandis que nous prenons notre petit-déjeuner. En une heure tout est réglé!

Même la pluie diminue en intensité et finit par s’arrêter, laissant à Pierre 2h de répit pour chausser palmes, masque et tuba et découvrir le site de Tulamben de renommée mondiale. L’épave de l’US Liberty, un bateau cargo américain coulé par les sous marins japonais en 1942, est échouée à quelques mètres du rivage. Les coraux se sont installés sur l’épave, attirant de nombreux poissons, et de nombreux plongeurs!

Nous reprenons la route en direction d’Ubud, sous quelques averses intermittentes. Mais bon, il faut bien justifier la place que prennent nos ponchos dans nos sacs, qui nous ont servit jusqu’à lors une seule fois en 4 mois de voyage!

Le temps mitigé ne nous empêche pas de profiter du paysage.

Nous rejoignons Ubud, le derrière quelque peu endolori (oui le scooter ça fait mal aux fesses, surtout quand on a choppé des coups de soleil avec le snorkeling lol !!), mais ravis de cette intermède balnéaire.

Pierre profite de notre dernière journée à Ubud pour m’offrir un massage de mon choix, car à Bali le massage est une véritable institution et fait partie intégrante de la culture. J’opte pour une séance de réflexologie plantaire, n’aimant pas follement me faire “papouiller” par des inconnus, surtout quand les massages sont “toniques”. Je suis agréablement surprise de l’effet qui persiste encore: je suis plus détendue, plus légère et plus dynamique!

Dans l’après midi, nous partons à découverte de la grotte de l’éléphant, qui malgré son nom n’a aucun lien de près ou de loin avec l’animal.

On arrive assez tard sur le site, ce qui est plutôt agréable car les boutiques de sarongs et de souvenirs sont en train de fermer, pour une fois nous ne sommes pas sur-sollicités.
La végétation est impressionnante.

Le soir venu, nous n’avons pas envie de faire nos sacs pour partir le lendemain… Nous décalons donc notre départ d’une journée.

Nous visitons encore quelques temples, dont celui de Pejeng. On y trouve la plus grande pièce de métal fondu que l’on connaisse au monde. Elle aurait été fondue avec un morceau de météorite au IIIè siècle avant JC. Elle n’est pas franchement mise en valeur.

Nous nous baladons une dernière fois dans les rues piétonnes d’Ubud.

Nous parvenons pour la première fois du voyage à prendre un transport local pour nous rendre au terminal de bus à destination de l’île de Java. Ce dernier trajet est à l’image que je garderai de Bali (peut-être seulement le Bali touristique?): la personne chargée de faire monter les passagers dans le bus nous prends des mains sans rien demander des fruits que Pierre épluche et les mange sous notre nez. Nous sommes tellement médusés qu’on en reste bouche bée et sans réaction…

Je quitte donc Bali sans grand regret.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s