Bonne année 2556

Standard

Les deux semaines passées à l’orphelinat étant assez éprouvantes tant moralement que physiquement, nous décidons de poser nos valises à Chiang Mai, histoire de recharger les batteries. Notre plan initial était de visiter tout le Nord de la Thaïlande, malheureusement, notre visa expire dans une semaine et nous n’avons pas trop envie de nous mettre la pression pour tout visiter au pas de course. Pour profiter tranquillement de nos derniers jours dans le pays du sourire, nous restons donc à Chiang Mai, une ville de taille moyenne située dans le Nord de la Thaïlande.

Comme beaucoup de ville thaïlandaise, Chang Mai possède un nombre incalculable de temples !

Malheureusement pour nos amis les bêtes, elle ne sont pas admises à l’intérieur des temples, et encore moins pour ces deux chiens car la religion bouddhisme impose de se déchausser avant de pénétrer dans un temple.

Sur les conseils de Gilles que nous avons rencontré à Mae Sot, nous logeons au Julie guesthouse, et nous en sommes ravis. C’est un hôtel pas très cher avec une terrasse vraiment agréable, qui pousse à la farniente.

En fin d’aprèm, nous nous rendons au Sunday Night market. Les échoppes ont envahi les rues et les flâneurs aussi, à tel point qu’il est difficile de mettre un pied devant l’autre…Géraldine se trouve une belle petite paire de tongs à 1,50€ ainsi que des boucles d’oreille. A 18h, nous entendons une annonce dans les hauts-parleurs et tout le monde s’arrête de bouger. Les gens se lèvent et l’hymne national retentit. Quel contraste avec la cohue qui régnait quelques secondes auparavant! Dès que l’hymne se termine la vie reprend son cours comme si de rien n’était. Il faut savoir que les thaïlandais sont assez “patriotes”. Ils vouent un culte presque religieux à leur roi. Par exemple, il est très mal vu de poser le pied sur un billet au sol qui risque de s’envoler, car cela implique d’écraser le visage du roi imprimé sur les billets.

Pour le repas, nous grignotons plein de petites choses trouvées ça et là dans les stands du marché, à la mode thaïlandaise.

Ici, la police est chargée non seulement de la sécurité, mais aussi de l’animation 😉

Le lendemain est un grand jour, puisque nous somme le 31 décembre 2012, ou plutôt le 31 décembre 2555 dans le calendrier thaïlandais ( et oui, le petit Jésus des bouddhistes est né 543 ans avant le notre!)

Pour le réveillon, nous nous offrons un petit plaisir, après 2 mois de nourriture asiatique, nous mangeons dans une pizzeria tenue par une italienne. Nous nous régalons avec une pizza énooormisime et quelques verres de vin.

Je précise que les deux bouteilles de vins à gauche sont juste là pour la déco…

Nous attendons ensuite le compte à rebours dans un petit bar (et c’est un euphémisme).

Le nouvel an est célébré par tous les thaïlandais, et les rues sont bondées, à l’image de ce qui se passe dans les grandes villes françaises. Un festival est organisé pour l’occasion.

Mais l’attraction favorite est le lâcher de lanternes enflammées. Les centaines de lampions lancés, illuminent le ciel comme des étoiles.

Nous aussi nous lançons notre lampion. Traditionnellement, cela permet d’évacuer toute les mauvaises choses de l’année qui se termine, afin de commencer 2013 sur des bases saines.

Certains lampions terminent leur course en s’enflammant dans les arbres ou en se coinçant dans les lignes électriques…pas sûr que ceux-çi portent bonheur!

A minuit, les lanternes se mélangent aux feux d’artifice tirés de manières anarchiques, d’un peu partout dans la rue, et nous passons la nouvelle année avec 6h d’avance sur la France.

Pour bien commencer l’année, le 1er janvier 2013, je me fais un petit temple en solo, puisque Géraldine a atteint son degré de saturation de visite de temple. J’avoue que je n’en suis pas loin non plus, mais celui là est particulièrement majestueux.

Il possède même un “ascenseur à eau sacrée”. C’est un système de câble et de poulies qui permet de hisser une petite fiole jusqu’en haut du temple et de la déverser sur le Bouddha.

Petit instant culturel maintenant, pour ceux qui ne connaissent pas le drapeau thaïlandais, voila à quoi il ressemble:

Ici la tradition est de libérer des oiseaux. Aux dires des vendeurs de moineaux, cela porte chance.

Le jour suivant, nous ne nous contentons plus de visiter les temples bouddhistes, nous décidons d’en savoir plus sur cette religion que nous connaissons assez peu. Certains temples de Chiang Mai organisent des sessions de “Monk chat” (à traduire par “discussion avec les moines”) suivies de cours de méditation. Nous prenons notre curiosité à deux mains et nous nous rendons au temple Sisuphan afin de rencontrer les moines.

Nous apprenons en premier lieu que le bouddhisme n’est pas une religion ! C’est une philosophie de vie. Il n’y a donc pas de dieu qui dicte ce qui est bon ou mauvais. C’est à chaque homme de se prendre en main et d’apprendre à distinguer le bien du mal. Il n’est pas question non plus de se faire pardonner des pêchers en faisant quelques prières au Dieu tout puissant, chacun doit assumer ses actes…Si quelques heures de discussion ne sont pas suffisantes pour comprendre tous les rouages du bouddhisme, la limpidité des explications et l’ouverture d’esprit dont les moines font preuve nous donnent vraiment envie d’en savoir d’avantage. Nous assistons ensuite au cours de méditation qui nous convaincs un peu moins. En effet, la méditation demande de l’entrainement, et il n’est pas facile pour nous, débutant, de rester 10 minutes les yeux fermés, en ne pensant a rien (faites l’expérience, vous verrez, c’est long!)

Pour achever notre visite de Chiang Mai, nous louons un scooter pendant une journée, afin de nous rendre au sommet d’une montagne en haut de laquelle on peut visiter…devinez quoi…un temple !

Après avoir gravis les 306 marches nous atteignons l’édifice très richement décoré.

Au vue du nombre de thaïlandais qui y font pèlerinage, il est clair que ce lieu possède une importance non négligeable pour la croyance bouddhiste.

Et quand on voit le nombre de troncs permettant de collecter les offrandes pour telle ou telle cause, je crois que le lieu a aussi son importance d’un point de vue financier…

Malheureusement, la situation géographique du temple (au sommet du Doi Suthep) n’est pas vraiment mise en valeur car il est dissimulé dans la foret. On ne le voit donc pas depuis le bas de la montagne, et de la même manière, une fois dans le temple, on ne peut pas profiter du panorama sur la vallée.

Nous continuons alors la route dans la montagne, ce qui nous permet d’atteindre un panorama très agréable au soleil couchant.

Voila, notre séjour en Thaïlande touche à sa fin et on peut dire que le pays du sourire a tenu ses promesses.

Nous souhaitons une BONNE ANNEE 2013 à tous les lecteurs du blog.

Advertisements

2 responses »

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s