Vang Vieng et Vientiane

Standard

300 virages plus tard, nous arrivons à Vang Vieng. Comme à l’accoutumé, le terminal des bus se trouve à quelques kilomètres du centre ville et les tuk-tuks se sont bien organisés pour proposer tous le même prix, anormalement élevés! Comme nous ne sommes pas pressés, nous décidons d’y aller à pied.

Vang Vieng est une petite ville idéalement située au bord de la rivière et entourée de montagnes. Un pont en bambous nous mène de l’autre coté de la rivière où nous trouvons un super bungalow pour passer quelques nuits.

Difficile d’imaginer que jusqu’à l’année dernière ce havre de paix était littéralement envahi de fêtards du monde entier (en majorité de jeunes australiens) qui venaient pratiquer une activité bien particulière : le tubing. Cela consiste à descendre la rivière sur de grosses chambres à air tout en s’arrêtant dans tous les bars le long de la rive pour boire. Je dis jusqu’à l’année dernière, puisqu’à la suite de nombreux abus, accidents, et même de morts par noyade, le gouvernement australien est rentré en contact avec le Laos pour faire interdire cette pratique. De nombreux bars ont fermé.

De mon coté, je n’ai pas l’esprit à la fête, puisque je souffre d’une intoxication alimentaire accompagnée d’une grosse fièvre. Heureusement, Géraldine s’occupe bien de moi et 24h plus tard, le plus dur est passé. Je suis un peu rassuré sur mon état car l’idée d’aller chez le médecin ou à l’hôpital au Laos ne m’enchantait guère!

Le sur-lendemain je peux enfin sortir de la chambre, et nous faisons une petite balade de convalescence pour découvrir les environs. A peine sortis de la ville, nous nous retrouvons au milieu des rizières entourées de falaises, le paysage est magnifique.

Les laotiens vivent très simplement, la plupart des maisons sont construites en bois, les routes sont en terre. Les gens cuisinent au charbon de bois (même dans les restaurants) et se nourrissent des ressources qu’il produisent. Ils ont un rapport au travail très différent du notre. En fait, la plupart travaillent juste pour subvenir à leurs besoins, et comme ils ont très peu de besoins … Quel contraste avec la Thaïlande, qui fonctionne plutôt sur les principes de la société dite “moderne”.

Pour notre dernier jour à Vang Vieng, nous louons une moto pour aller voir une cascade. Les 15 kilomètres à parcourir nous prennent presque une heure à cause de l’état de la piste. Arrivés sur place, nous trouvons un petit filet d’eau qui coule… Et oui, en saison sèche, les cascades sont beaucoup moins impressionnantes ! Heureusement la piste nous fait traverser de beaux petits villages et offre un panorama sur les collines environnantes. Avant la tombée de la nuit, je dépose Géraldine, qui a mangée assez de poussière pour la journée, à l’hôtel, et profite de la moto pour aller au Blue Lagoon. C’est une rivière d’un bleu intense où une plage a été aménagée.

L’entrée au blue lagoon permet aussi d’accéder à l’impressionnante grotte Tham Poukham. A l’intérieur on trouve un bouddha couché, éclairé par les faibles rayons du soleil qui entrent par l’ouverture de la grotte.

L’intérieur de la grotte est immense, on se croirait dans une cathédrale. Mais plus on s’enfonce dans les entrailles de la Terre, plus il fait sombre, et il faut sortir la frontale.

Je continue à marcher une dizaine de minutes avant de rebrousser chemin, n’étant pas trop fan de spéléologie!

Le lendemain, nous poursuivons notre descente vers le sud pour nous rendre à Vientiane, la capital du Laos. Vientiane est la plus grande ville du Laos avec … 700 000 habitants! Pas de quoi rivaliser avec les autres capitales asiatiques. D’ailleurs on ne se croirait pas dans une capitale, il n’y a quasiment pas de bâtiments de plus de 2 ou 3 étages.

Du coup, la ville est plutôt agréable, et vu qu’elle n’est pas trop étendue, on peut s’y balader à pied. On y trouve de nombreuses traces de la présence française. Une rue est d’ailleurs surnommée “les Champs-Elysées de Vientiane”, elle se termine par un arc de triomphe rappelant celui de la place de l’étoile à Paris.

En plus des bâtiments administratifs, on trouve un nombre important de temples. Nous visitons le Wat Sisakhet qui se démarque des autres temples avec ces milliers de petites niches contenant au total plus de 10 000 Bouddhas. Effet visuel garantit!

Nous nous laissons tenter par un petit plaisir au temple Sokpaluang, le sauna aux herbes, qui nous a été conseillé par plusieurs personnes. Il s’agit en fait plutôt d’un hammam, dans lequel on ajoute des herbes aromatiques.

On retrouve les mêmes arômes que dans le tom yam, et finalement on à l’impression d’être dans une soupe géante ! C’est plutôt agréable, nous enchaînons au moins 5 ou 6 sessions de 10 minutes, entrecoupées d’un thé et d’une douche froide.

Nous visitons également le “Bouddha park” situé à l’extérieur de la ville. En fait il faut beaucoup plus de temps pour se rendre au parc que pour la visite en elle même…Le parc est assez étrange car les statues sont éparpillées ça et là sans aucune organisation.

Ca ne semble pas avoir beaucoup de valeur en terme de religion car les statues sont en béton brutes et pas très bien entretenues. Mais au moins, ça a le mérite d’être original, à l’image de ce bâtiment sphérique dans lequel on peut rentrer:

En 2 jours nous avons à peu près fait le tour de ce qu’il y a à voir dans la capitale, et décidons de ne pas nous éterniser car les hôtels sont chers ici.

Nous prenons un bus de nuit, qui va nous permettre de parcourir les 700km qui nous séparent de Paksé, dans le sud du Laos.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s