Monthly Archives: July 2013

Agra et Jaipur: mode “tourisme intensif” activé

Standard

C’est l’heure des adieux avec Mich. Après un ptit déj’ sur le toit de l’Everest kitchen, nous prenons le train pour Agra, la ville du Taj Mahal. Il n’y a que 3h30 de trajet et nous arrivons en milieu d’aprem, sous une chaleur torride. Une fois à l’hôtel, nous croisons par le plus grand des hasards, Greg, un anglais qui était volontaire à la ferme Baluti en même temps que nous.

Nous déjeunons dans le patio de l’hôtel et laissons passer les grosses chaleurs en nous accordant une petite sieste. En fin d’après-midi nous allons visiter le mausolée d’Itimad-ud-Daulah, plus connu sous le nom de “baby Taj”.

Le mausolée fut construit à l’initiative de Nûr Jahân, pour son père Mirza Ghiyas Beg. Notre chauffeur de rickshaw nous emmène ensuite au jardin Mehtab Bagh, d’où l’on peut contempler le vrai Taj Mahal situé de l’autre coté de la rivière et éclairé par la lumière du soleil couchant.

Pour nous y rendre, nous traversons la “banlieue” d’Agra. Visiblement, tout le monde ne profite pas de la manne touristique que représente le Taj Mahal, et nous sommes étonnés de voir que la ville est très pauvre. Beaucoup de gens vivent dans des bidonvilles, sous des abris fabriqués avec des bâches et des sacs en plastique.

Nous nous réveillons aux aurores le lendemain matin pour aller visiter le Taj Mahal avant l’afflux touristique. Nous traversons des jardins magnifiques puis une immense porte avant d’apercevoir le mausolée.

Car il s’agit bien d’un mausolée, et oui, toute cette immense construction en marbre blanc n’a qu’un seul but : abriter la sépulture de la femme du Maharaja et bien sûr lui rendre hommage. Et le moins qu’on puisse dire c’est que c’est réussi! La finesse des sculptures, la pureté du blanc et l’immensité de la construction ne laisse personne de marbre 😉

Il s’agit d’un bâtiment musulman, il est donc interdit d’y pénétrer en chaussure. Nous enfilons des petits chaussons en tissu et les gardiens n’en sont pas exempts.

Après cette visite nous comprenons mieux pourquoi le Taj Mahal est le monument le plus visité d’Inde.

Nous consacrons la deuxième partie de la journée à la visite du fort rouge, la deuxième attraction touristique majeur de la ville. Il s’agit du palais du Maharaja, construit dans le style moghol.

Pour la fin du voyage, notre planning est calibré au jour près car il nous reste assez peu de temps et encore plein de belles choses à voir avant de rentrer en France.

Nous quittons Agra dès le lendemain pour entrer dans le Rahjastan (région du Nord-Ouest de l’Inde). Arrivés en gare de Jaipur, nous marchons une bonne demi heure en plein cagnard pour trouver un hôtel. Géraldine nous fait une petite surchauffe (insolation) et nous passons l’après-midi à se reposer à l’hôtel. C’est d’autant plus agréable que nous avons atterri dans un hôtel de luxe ! Pour un budget légèrement au dessus de notre notre moyenne (10€ au lieu des 5€ habituels!) nous dormons dans une super chambre avec clim, télé et salle de bain propre! (Sunder Palace)

Le jour suivant je me rends dans le centre de la “ville rose” (bien mais pas top!)

Je visite le Jantar Mantar, un observatoire astronomique construit au XVIIème siècle. On y trouve de nombreux instruments qui permettent de suivre le mouvement des astres, de mesurer le temps…On comprend ici toute l’importance de l’astronomie dans la culture indienne. Il y a notamment un cadran solaire de 22 mètres de haut, qui donne l’heure avec une précision de 2 secondes!

Pour les non initiés, on se croirait plutôt dans une exposition d’art contemporain!

Géraldine se joint à moi dans l’après midi pour aller visiter le palais des vents. Cependant, notre tentative tourne à l’échec car il est en rénovation. Malgré tout la façade est impressionnante même à travers les échafaudages.

Notre chauffeur de rickshaw nous redirige vers le palais du lac.

Comme partout en Asie, les deux roues sont exploités au maximum. Nous dépassons une moto avec 5 passagers, mais cela ne bat pas le record dont nous avons été témoin au Laos: 7 personnes.

Nous nous rendons ensuite au Monkey Temple. Même si l’endroit est fameux pour le panorama qu’il offre sur la ville, ce qui nous a le plus surpris là-bas est la profusion d’animaux en tout genre : des singes bien sûr mais aussi veaux, vaches, cochons, et chèvres, nourris allègrement par les habitants du quartier. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils cohabitent dans un joyeux bazar, à l’image de ce singe qui s’offre un rodéo à dos de cochon !

Nous quittons Jaipur le 9 mai 2013.

Advertisements

Delhi II, le retour!

Standard

Vendredi 3 mai 2013, après notre interlude à la campagne, nous nous mêlons de nouveau à la ferveur urbaine de Delhi. Hasard des calendriers, Antonin y sera aussi dès le lendemain. Nous posons nos sacs à dos pour la deuxième fois au Cozy Inn. Antonin s’est lui aussi laissé convaincre par l’endroit.

En attendant de le retrouver nous partons à la découverte du quartier tibétain de Delhi. Nous avons un peu de mal à nous repérer mais nous traversons des rues aussi typiques qu’agréables. Grâce aux indications des habitants, nous finissons par repérer les drapeaux de prières sur un pont qui nous conduisent à la bonne destination.

Nous retrouvons la promotion des fameux “momos”, ces petits chaussons tibétains fourrés à la viande ou au légumes. Même la publicité Coca-cola joue le jeu.

Le quartier n’est pas très grand et ne présente pas vraiment d’intérêts, il est en effet très “aseptisé” et propose surtout des services pour les touristes souhaitant se rendre au Tibet. Mais je trouve de jolis souvenirs. Le soleil se couche lorsque nous quittons les lieux.

A quelques pas de la quiétude du quartier tibétain nous sommes surpris de trouver un énorme pont en construction! Bizarrement, ici on commence par le tronçon central.

Nous empruntons un autre chemin pour rejoindre la station de métro la plus proche. Un nuage de poussière a envahit la rue, les travaux battent leur plein, des immeubles immenses poussent comme des champignons.

Le contraste entre la modernité et un mode de vie plus ancien est bien marqué: face aux constructions flambant neuves trône le parking des rickshaws les plus modestes, ceux à pédales.

Face aux balais des camions, les enfants jouent au cricket en toute indifférence, le sourire aux lèvres.

Nous traversons aussi en pleine ville une “décharge-porcherie” à ciel ouvert:

Lorsque nous atteignons enfin la station de métro, c’est l’heure de pointe! Nous mettons plus d’une trentaine de minutes pour acheter notre billet! Encore une fois, il faut être vigilent pour ne pas se faire doubler à tout va, mais d’autres personnes veillent aussi, et ceux qui tentent se font rembarrer sans ménagement.

Le lendemain nous retrouvons Antonin et partons en direction du “vieux Delhi”.

Nous passons au hasard devant un temple sikh que notre curiosité nous pousse à visiter (voir l’article précédent pour plus d’info sur le sikhisme). Nous sommes très impressionnés par l’organisation qui existe autour du temple, une vraie fourmilière. Nous pouvons confié nos chaussures gratuitement au vestiaire. Ceux qui le désirent peuvent se faire cirer leur chaussures pendant ce laps de temps, voir même les faire réparer. Il existe aussi une distribution de repas et d’eau pour les fidèles.

Nous pénétrons à l’intérieur, la tête couverte comme le veut les préceptes de cette religion et nous nous asseyons dans la grande pièce.

De la musique est jouée en live tandis que des fidèles prient.

Nous nous rendons ensuite devant la mosquée Jama Masjid, qui est la plus grande mosquée de l’Inde. Nous sommes stupéfaits par la beauté du lieu. En revanche, la personne de l’entrée n’est pas très sympathique et elle veut nous faire payer un “droit de photographier” exorbitant pour chacun de nos téléphones. Finalement, devant notre réticence, le gardien prend la mouche et nous refuse carrément l’entrée du site! Pour tout avouer, on hallucine un peu, mais ils nous en faut plus pour nous décourager. Nous partons en direction de l’entrée opposée!

L’autre gardien est plus disposé et nous entrons sans rien payer, mais nos appareils photos restent bien rangés au fond du sac. On regrette presque de ne pas avoir pris un permis car c’est vraiment magnifique: la lumière rasante du soleil sur le grès rouge donne une ambiance magique.

Nous nous pressons car les femmes et les touristes sont interdits dans l’enceinte de la mosquée après le coucher du soleil. Et la consigne est scrupuleusement appliquée, on nous presse vers la sortie avant l’heure fatidique.

Depuis les marches de la mosquée, nous avons vue sur l’imposant fort rouge de Delhi, que nous n’aurons pas le temps de visiter cette fois.

Nous prenons ensuite la direction du marché à épices. Les petites rues sont bondées et on assiste à de véritables embouteillages de piétons!

Tandis que nous marchons dans la rue, nous commençons plus ou moins à éternuer et à avoir les yeux et le nez qui piquent… Autour de nous les gens ont tous un mouchoirs ou un foulard à la main. Et pour cause, un commerçant nous indique qu’un entrepôt de piment à pris feu à plusieurs centaines de mètres d’ici, c’est ambiance “bombe lacrymo”!

Nous n’allons donc pas plus loin et faisons le plein d’épices dans la boutique du commerçant. C’est moins authentique qu’au marché mais les épices ont le mérite d’être bien emballées ce qui nous garantit un certain confort de transport.

Nous craquons aussi pour un mélange de fruits secs délicieusement savoureux;

Nous sous-estimons le trafic urbain, et nous mettons près d’une heure en auto-rickshaw pour rejoindre le quartier de Nizzamudin où nous retournons dans l’excellent restaurant que nous avait fait découvrir Antonin et Nicolas il y a quelques jours. Nous y retrouvons des amis d’Antonin.

Les amis d’Antonin prennent les commandes en main et nous font découvrir leurs plats préférés, dont l’équivalent du foie gras chez nous: sans nous en dire plus, Pierre joue les goûteurs: “Ça ressemble à du fromage ?” Perdu! C’est de la cervelle de chèvre. Comme nous étions dans un restaurant chic et sur l’insistance des amis d’Antonin, nous avons fait une exception sur notre régime végétarien en goûtant les plats à base de viande. Mais j’avoue que la cervelle de chèvre c’est un peu trop pour moi…

Nous finissons la soirée dans un bar à tapas, endroit surprenant après ces quelques semaines en Inde! On se croirait dans une ville d’Europe.

Les amis d’Antonin sont très prévenants avec nous, ils nous raccompagnent jusqu’à notre hôtel. Je laisse les hommes entre eux et je rentre me reposer. Demain, il faut refaire les sacs à dos, nouvelle destination: Agra, la ville du mythique Taj Mahal!